Une lueur de reprise économique dans la zone euro?

4 août 2020

Frank Maet
Senior Macro Economist @Belfius


Véronique Goossens
Chief Economist @Belfius

Partagez cet article:    

  • Les enquêtes auprès des entreprises indiquent une reprise musclée de l’activité en juillet
  • Mais elle s’accompagne toujours de pertes d’emplois
  • La clé d’une reprise économique à grande échelle réside chez le consommateur européen

Il semble que l’activité des entreprises se relève prudemment dans la zone euro au début du troisième trimestre. L’indice PMI du bureau d’étude IHS Markit, un baromètre important du climat général des entreprises dans la zone euro, a progressé plus que prévu en juillet à 54,8, contre 48,5 en juin (voir graphique). Un score inférieur à 50 traduit une baisse; au-delà, on parle de croissance. Tant le secteur des services que l’industrie ont profité ces derniers mois de l’assouplissement des mesures liées au Covid-19 dans la plupart des pays de la zone euro. Pour le secteur industriel, il s’agit même de la première expansion de la production depuis janvier 2019.

Après des mois de faiblesse économique, cette bonne nouvelle est plus que bienvenue pour les entreprises européennes. Mais s’agit-il d’un rebond purement technique des indicateurs ou d’une solide reprise en forme de V? La production se redresse mais revient de niveaux très bas au printemps et les perspectives restent incertaines, vu la hausse récente des contaminations au Covid-19 dans certains pays. Divers indicateurs partiels des enquêtes auprès des entreprises montrent que les entreprises européennes continuent de tourner moins vite que la normale, en dépit de l’amélioration de juillet. L’indice de l’emploi a à peine progressé à un niveau de 42,9 en juillet, car les entreprises ne cessent de réduire leur capacité de production. La crise a contraint de nombreux secteurs touchés à procéder à des réorganisations et à des licenciements forcés. Le risque est grand que ce processus pèse encore un moment sur la demande de main-d'œuvre.




Pas étonnant donc que la confiance des consommateurs se soit de nouveau dégradée dans la zone euro en juillet. La crainte de pertes d’emplois et la poussée récente du nombre d’infections pèsent lourdement sur le sentiment des ménages. Compte tenu de l’incertitude planant sur l’avenir, l’épargne augmente considérablement et les dépenses diminuent. L’éclaircie prudente du climat des entreprises dans la zone euro en juillet est une belle aubaine. Mais la clé d’une reprise économique à grande échelle réside chez le consommateur européen. Si la lutte contre le virus progresse suffisamment, les chances de reprise augmenteront mais pour l’instant, le danger de récession reste présent.


Découvrez nos Convictions


Notre dossier sur le Covid-19

Partagez cet article: