États-Unis: l’espoir d’une reprise en V s’estompe

5 mai 2020

Partagez cet article:  

Véronique Goossens
Chief Economist @Belfius

Frank Maet
Senior Macro Economist @Belfius

  • De plus en plus de chiffres montrent clairement que l’économie américaine connaît une grave récession
  • La baisse du PIB du premier trimestre est un avant-goût de la dégringolade qui attend l’économie au T2
  • Un soutien monétaire et fiscal permanent est nécessaire pour amorcer une relance après la récession

Aux États-Unis, les rapports chiffrés s’enchaînent et nous confrontent à la réalité: l’économie américaine connaît une profonde récession sans précédent due au Covid-19 et aux mesures de quarantaine. La distanciation sociale érode considérablement les dépenses des consommateurs et les investissements des entreprises et a causé une diminution du PIB de 4,8% au premier trimestre. C’est surtout la consommation de services et de biens non essentiels qui subit la crise à partir de la mi-mars mais les investissements aussi (-5,6% au T1) sont sous pression. Les économistes s’accordent à dire que la croissance négative au premier trimestre fera pâle figure à côté de la chute qui attend les États-Unis au deuxième trimestre. De nombreux états américains espèrent assouplir les restrictions liées au Covid-19 au cours du mois de mai, mais ce processus sera inégal et timide.

Au cours des prochains mois, les limites de la confiance des consommateurs seront testées. Près de 30 millions d’Américains ont perdu leur emploi ces six dernières semaines, de sorte que le taux de chômage explosera en avril. Dans ces circonstances, une nouvelle baisse des dépenses des ménages, le principal moteur de l’économie américaine, semble difficile à éviter. De même, une reprise rapide des investissements n’est pas à l’ordre du jour en raison de la chute des bénéfices des entreprises et de l’avenir incertain. Les enquêtes auprès des entrepreneurs montrent que le secteur industriel continue à souffrir des problèmes de production et de la faible demande en provenance de l’étranger. L’espoir s’estompe ainsi de voir l’économie amorcer une reprise en V convaincante après la levée des mesures liées au Covid-19.

La Banque centrale américaine est consciente de la gravité de la situation. Le président Powell a récemment souligné que la Fed continuera à utiliser tous les instruments disponibles pour apporter un ballon d’oxygène à l’économie. En premier lieu, en maintenant le taux à court terme à un niveau bas (entre 0% et 0,25%) et en rachetant la dette, mais aussi en octroyant des prêts d’urgence aux pouvoirs publics et aux PME. Les actions de sauvetage monétaire de la Banque centrale peuvent contribuer à amortir la vague la plus sérieuse de la crise, mais la Fed dispose-t-elle ensuite encore de suffisamment de munitions pour également entamer une reprise économique? Pour cela, les regards se tournent vers la réponse des politiciens à Washington. Les républicains et les démocrates se sont mis d’accord sur un total de près de 3000 milliards de dollars de mesures d’aide pour faire face aux conséquences les plus graves du Covid-19. Il est probable qu’en 2020, encore davantage d’efforts fiscaux seront consentis afin de faire face à la récession économique la plus grave de la décennie écoulée.


Notre dossier sur le coronavirus

Partagez cet article:  

Cette information (et les éventuels documents joints) est purement informative et ne peut en aucun cas être considérée comme une offre de produits ou de services financiers, bancaires, d’assurance ou de toute autre nature, ni comme un conseil en matière d’investissement.