Croissance de l’économie belge de 3,9% en 2021

27 novembre 2020

Annelore Van Hecke
Senior Macro Economist @Belfius


Véronique Goossens
Chief Economist @Belfius

Partagez cet article:  

Prévisions pour 2021


Découvrez tous nos articles et prévisions pour 2021


Belgique Chine États-Unis Zone euro Royaume-Uni

Belfius Research s’attend à un recul de notre économie de 8% cette année. L'année 2021 s'annonce meilleure avec une croissance de 3,9%. Après la forte récession de cette année, ce n’est finalement pas tant que ça. Cela est dû au fait que la pandémie et les conséquences du deuxième lockdown continueront à se faire sentir. Nous sommes modérément positifs à propos de 2021.

Le premier semestre restera difficile

Le premier semestre de 2021 souffrira encore fortement des conséquences du deuxième lockdown de cette fin d'année. Son impact économique est moins important que lors du premier lockdown, mais la reprise sera sans doute plus lente. En effet, les entreprises vulnérables, qui avaient déjà été affaiblies par le premier lockdown, ne survivront peut-être pas au deuxième lockdown. Les faillites et les licenciement qui s’en suivront se réaliseront en 2021. Grâce au soutien financier des autorités et au système de chômage temporaire, ces faillites et licenciements resteront heureusement relativement limités. Des règles strictes concernant le nombre de contacts sociaux resteront tout un temps d'application au premier semestre de 2021, ce qui va peser sur certains secteurs. Les entreprises continuent à reporter leurs investissements. Vu la faible demande, leur appareil de production ne tourne pas encore pleinement, de telle sorte qu’elles n’ont pas besoin de faire des investissements pour se développer. En outre, le Covid-19 a porté atteinte à la rentabilité des entreprises et augmenté leur endettement, de telle sorte qu’elles ont moins de marge financière pour investir. Les ménages continuent à épargner beaucoup et à consommer moins en raison des mesures de confinement (pas de sports d'hiver, pas d'événements de masse, …) et de la plus grande incertitude de l’emploi.

La perspective de la fin des problèmes liés au Covid réveille la confiance des producteurs et des consommateurs

Grâce à la distribution progressive des nouveaux vaccins contre le Covid-19, nous assisterons à une très lente normalisation de l’économie au second semestre de 2021. Les nouvelles positives concernant des vaccins efficaces créent une perspective de relance, avec un effet favorable sur la confiance des producteurs et des consommateurs. Si les programmes de vaccination se déroulent rapidement et efficacement, nous enregistrerons un mouvement de rattrapage de la consommation des ménages d’ici la fin de l’année, ce qui accélérera la relance. Mais fin 2021, les entreprises ne réaliseront pas encore le même chiffre d'affaires qu’avant la pandémie.

Meilleures perspectives pour l’industrie

Nous nous attendons à une forte reprise de l’industrie en 2021, car nos exportations vont profiter de la relance allemande, grâce à la croissance en Chine et dans d'autres pays asiatiques qui ont entre-temps surmonté la pandémie. Sur le plan international, nous verrons toute une série d'incertitudes s’estomper en 2021. D'une part, les tensions commerciales entre l’Europe et les USA vont se calmer grâce à l’élection du nouveau président américain. Par exemple, le risque de taxation des USA sur les importations de voitures européennes va disparaître. D'autre part, le Brexit sera un fait en 2021, sous quelque forme que ce soit, de telle sorte que les entreprises exportatrices belges sauront finalement à quoi s'attendre.

Le secteur des services reste fragile

Le secteur des services va également se rétablir, mais avec beaucoup de difficultés encore dans l’horeca, le tourisme, la culture et les loisirs en raison du maintien des restrictions du Covid-19. Nous y enregistrerons beaucoup de faillites et de pertes d’emplois en 2021. Dès lors, le soutien des pouvoirs publics restera crucial pour atténuer l’impact pour ces secteurs. Nous pensons que, même après la vaccination du personnel soignant et des groupes à risque, les mesures de distanciation sociale resteront encore longtemps d'application. Il subsiste en outre une incertitude quant à la durée de la protection de ces vaccins.

Pouvoirs publics : les plans de relance boostent l’économie

Nous supposons qu’en dépit du coût élevé que cela représente, les pouvoirs publics poursuivront leur soutien financier aux secteurs touchés tant que c’est nécessaire pour atténuer l’impact de la pandémie sur notre tissu économique. Les autorités fédérales et régionales de notre pays essaient en outre de sortir l’économie de l'impasse à l'aide d’un solide programme d’investissements. La Belgique peut également compter sur un budget de 5 milliards d’euros de subsides du fonds de relance européen. Vu la longueur des procédures qui y sont liées, nous ne nous attendons à voir l’effet économique de ces plans d'investissements que d’ici fin 2021.

La politique budgétaire sera dès lors encore très expansive en 2021. Les déficits pourront être financés grâce au taux bas persistant sur la dette publique belge, notamment grâce à la politique monétaire extrêmement souple de la Banque centrale européenne.





Découvrez nos Convictions

Partagez cet article: