Reprise en Europe: plus rapide que prévu

09 juin 2021

Frank Maet
Senior Macro Economist @Belfius


Véronique Goossens
Chief Economist @Belfius

Partagez cet article:  
  • L’accélération de la vaccination et les assouplissements en matière de confinement suscitent l’optimisme économique dans la zone euro.
  • Les entreprises européennes profitent de la forte demande en provenance de l’étranger.
  • Belfius Strategic Research augmente les prévisions de croissance économique pour la Belgique et la zone euro.

Petit à petit, les Européens regagnent leur liberté et cela se traduit par une regain notable de l’optimisme économique. La vaccination s’est accélérée en mai, ce qui entraîne une baisse marquée du taux d’infection au Covid-19 dans la plupart des pays de la zone euro. En mai, l’indice de confiance des consommateurs dans la zone euro a pour la première fois atteint le niveau d’avant la crise. Les Européens craignent moins de perdre leur emploi après la prolongation de la plupart des mesures de soutien des gouvernements nationaux et ont envie de dépenser davantage d’argent. Des données très fréquentes confirment l’impression que la vie normale reprend dans la zone euro. Il ressort de données télécom que l’affluence dans les centres commerciaux et les lieux récréatifs a continué à augmenter fortement en mai dans la zone euro, tandis que de plus en plus de personnes retournent sur leur lieu de travail. La mobilité totale dans les quatre principaux pays de la zone euro est cependant encore 10 à 20 pour cent inférieure au niveau de début 2020 (voir graphique). Quoi qu’il en soit, nous prévoyons que les ménages dépenseront bien plus en mai et juin, grâce à la réouverture graduelle de l’horeca et à d’autres assouplissements.

Dans les entreprises européennes aussi, l’optimisme est au beau fixe. Après deux trimestres de morosité économique, le baromètre de confiance des entrepreneurs a augmenté beaucoup plus fortement que prévu en mai et a atteint son plus haut niveau des trois dernières années. L’industrie européenne profite pleinement de la hausse de la demande dans le reste du monde et voit les commandes en forte progression. Les fabricants ont toutefois des difficultés à suivre la demande en raison des problèmes d’approvisionnement qui affectent considérablement les chaînes de production. Même le marché de l’emploi connaît une pénurie. Tant en Belgique que dans les pays voisins, de plus en plus d’entreprises dans le secteur de la construction, de la logistique et d’autres rencontrent des difficultés pour combler leurs places vacantes. Alors qu’au début de cette années, des chefs d’entreprise pensaient encore à licencier du personnel, ils veulent à présent recruter.

Dans le secteur des services aussi, les chefs d’entreprises entrevoient le bout du tunnel. Mais le fossé avec la reprise industrielle n’est pas encore franchi. La dernière enquête de l’Economic Risk Management Group (ERMG) dans notre pays révèle que l’horeca, le tourisme et l’aviation, durement touchés, continuent à broyer du noir, avec de fortes pertes constantes de leur chiffre d'affaires en mai. Nous prévoyons que pour eux, la tendance s’inversera à partir de l’été, à mesure que l’économie reprendra du poil de la bête.

Graphique: Google mobility indices by country (% difference from early 2020 baseline)


Source: Capital Economics.


Prochainement, les premiers fonds provenant des mesures de soutien de l’U.E. pour la reprise économique après le Covid-19 seront libérés. Avec un budget de 672,5 milliards d’euros, la facilité en faveur de la reprise et de la résilience est la partie centrale de la NextGenerationEU. 312,5 milliards seront alloués sous forme de subsides et 360 milliards seront consacrés aux prêts. Après l’approbation des plans de redressement nationaux, chaque État membre recevra un préfinancement de 13 pour cent du montant total attribué. Les pays qui ont introduit leurs plans à temps auprès de la Commission européenne pourraient déjà recevoir les premiers montants à partir de juillet. Étant donné que la reprise s’accélère plus rapidement que prévu dans la zone euro, nous revoyons à la hausse nos prévisions de croissance. Nous pensons que le PIB augmentera de 4,4 pour cent cette année dans la zone euro et de 4 pour cent l’an prochain. L’économie belge fait mieux encore. Pendant les mois d’hiver, nous avons enregistré un solide chiffre de croissance. En outre, il est clair que les entreprises belges ne reportent plus leurs projets d’investissement. Nous tenons compte d’une croissance du PIB belge de 4,7 pour cent en 2021 et de 3,6 pour cent en 2022. À ce rythme-là, l’économie belge pourra revenir au niveau d’avant la pandémie pour la mi-2022.


Découvrez les Convictions Belfius

Partagez cet article: