Zone euro: pas de reprise économique significative pour l'instant

7 Février 2020

Partagez cet article:   

 
  • Contraction inattendue en France et en Italie
  • Le coronavirus donne un coup de frein à la reprise
  • La zone euro devra attendre fin 2020 pour une croissance significative du PIB

Les investisseurs qui espèrent une reprise économique digne de ce nom au sein de la zone euro vont devoir tempérer leurs attentes. Les chiffres publiés pour le dernier trimestre 2019 indiquent que la croissance a encore rétrogradé d'un cran, s’établissant à un maigre 0,1%. Les revers proviennent de France (-0,1%) et d’Italie (-0,3%). En France, la production industrielle est à la traîne car les entreprises réduisent leurs stocks. Le consommateur aussi lève le pied, à cause des grèves de décembre. En Italie, on observe la même érosion de la demande parmi les consommateurs. La production des biens industriels régresse, et le secteur des services stagne. Mais c’est l’Allemagne qui crée la surprise la plus négative: avec une baisse de 3,5% en décembre sur une base mensuelle, la production industrielle est restée largement en deçà des attentes.

En janvier, la hausse des indicateurs de confiance laissait entrevoir une accélération potentielle de la croissance dans la zone euro au premier trimestre, mais ce sondage date d’avant l’apparition du coronavirus. Mieux vaut tenir compte d’une dégradation temporaire du sentiment économique en février, étant donné les inquiétudes suscitées par l’épidémie et ses conséquences économiques. Dans son discours au Parlement européen, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a souligné que l'économie intérieure montre des signes de stabilisation. Mais elle a aussi qualifié explicitement la crise sanitaire en Asie de risque externe à redouter. Il ne fait aucun doute que l’épidémie est venue chambouler le timing de la reprise au niveau mondial. Car la Chine va en subir les conséquences sur le plan économique, avec à la clé des répercussions chez ses partenaires commerciaux, tels que l’Allemagne.

Si le gouvernement chinois et l'OMS parviennent à contenir l’épidémie à court terme, le préjudice pour l’économie restera limité au premier trimestre. Nous nous en tenons donc à notre scénario de base, qui prévoit que la zone euro sortira de sa récession économique dans le courant du deuxième semestre 2020. Mais il y a peu de chances qu’on assiste à une reprise spectaculaire en 2020. Les négociations de l’UE avec le Royaume-Uni et les relations commerciales avec les États-Unis sont deux risques externes qui – dernièrement – ont été relégués à l'arrière-plan, mais qui pourraient être à nouveau à l’ordre du jour plus tard dans l'année. Étant donné ce contexte difficile, il faudra vraisemblablement attendre au moins fin 2020 pour atteindre dans la zone euro une croissance du PIB conforme aux prévisions (environ 1,2%).

Cette information (et les éventuels documents joints) est purement informative et ne peut en aucun cas être considérée comme une offre de produits ou de services financiers, bancaires, d’assurance ou de toute autre nature, ni comme un conseil en matière d’investissement.

Partagez cet article: