Le secteur de la santé a été mis sous rude pression lors de la pandémie. Le déconfinement progressif appelle désormais à des jours meilleurs. C’est l’occasion de faire le point sur ce secteur si particulier.

Head of Thematic Global Equity chez Candriam, Rudi Van Den Eynde débute sa carrière en 1987 au sein du département euro-obligations de Dexia Banque Belgique. Il y passe 11 ans et occupe divers postes, dont quatre ans en tant que trader sur les devises, puis gérant de portefeuille institutionnel. En 1998, il rejoint Candriam en tant que gérant senior actions et devient responsable de la gestion thématique actions mondiales en 2011. Rudi est titulaire d'un baccalauréat en médecine de l'Université d'Anvers.



Pourquoi proposer une stratégie d’investissement autour de la santé?


Il ne vous aura pas échappé que le secteur de la santé tient une place de plus en plus importante dans notre société. Dès lors, intégrer les soins de santé dans un portefeuille nous semble avoir tout son sens.

Le vieillissement démographique et le développement économique sont deux puissants moteurs de la consommation des soins de santé:

  • d’ici 2040, plus de 45% des Japonais, des Espagnols ou des Italiens auront plus de 60 ans, par exemple. Même dans les pays émergents comme la Chine, ce chiffre est estimé à 28%1.
  • d’autre part, les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montrent que les dépenses de santé augmentent en proportion du produit national brut (PIB) dans le monde entier. Par exemple, aux Etats-Unis, elles sont passées de 5% du PIB en 1960 à 18% en 20182.

Pourquoi intégrer une telle stratégie en portefeuille?


La performance des sociétés de ce secteur dépend de la réussite ou de l’échec du développement d’un médicament ou d’un traitement qui nécessite de nombreuses années de travail en laboratoire. Or, l’amélioration des instruments scientifiques et la meilleure compréhension des causes sous-jacentes des maladies se traduisent par d’importantes innovations et davantage d’efficacité des médicaments et des traitements. Les exemples récents sont nombreux: les progrès de l’imagerie médicale permettent désormais de détecter les cancers à un stade plus précoce; les nouvelles techniques chirurgicales non invasives assistées de robots améliorent significativement le pronostic post-opératoire…

L’investisseur bénéficie donc d’un univers profond, diversifié tant au niveau du nombre de valeurs que de la taille des sociétés. De plus, contrairement à la plupart des secteurs, la santé est peu sensible aux aléas macroéconomiques et aux cycles économiques. Intégrer la santé dans un portefeuille permet d’en améliorer le rendement potentiel.


Est-ce que la solide performance du secteur de la santé au cours de ces dernières années signifie qu’il est désormais surévalué?


Certes, la crise du Covid-19 a mis en lumière l’importance de ce domaine et l’a remis au centre de l’attention des investisseurs. Toutefois, nous n’avions pas attendu la Covid-19 pour identifier ce secteur comme un domaine d’avenir: une méga-tendance en tant que telle, tirée par l’innovation et les évolutions socio-démographiques dont notamment le vieillissement de la population mondiale. Nous anticipons que si la hausse des dépenses publiques en matière de santé se poursuit, elle constitue un puissant mouvement de fond qui devrait se poursuive sur le long terme.

Comme nous l’avons dit précédemment, le secteur de la santé devrait se montrer relativement résilient, garder son caractère défensif et faiblement dépendant de l’économie mondiale et des cycles de croissance. Au vu du potentiel de croissance de nombreuses sociétés pharmaceutiques, de biotechnologie, de technologies médicales, les valorisations du secteur ne semblent pas déraisonnables.


(1) Sources : National Institute of Health (NIH), World Health Organization (WHO)
(2) Au 17/12/2019 selon les Centers for Medicare & Medicaid Services


Ce document, rédigé et publié par Belfius Banque, donne la vision de Belfius Banque sur les marchés financiers. Il ne contient pas de conseil en investissement personnalisé, pas de recommandation d’investissement, ni de recherche indépendante en matière d’investissement. Si vous êtes à la recherche de conseils en investissement personnalisés, vous pouvez vous adresser à votre conseiller financier qui se fera un plaisir d’examiner avec vous les effets éventuels de cette vision sur votre portefeuille d’investissements personnel. Les chiffres mentionnés sont des instantanés et sont susceptibles d’évoluer.