Ces trois derniers mois, les actions des pays émergents ont augmenté plus que les actions des pays développés. Le redressement rapide de la Chine, la hausse des prix des matières premières et la baisse du dollar leur ont donné un coup de pouce et favorisent cette tendance qui pourrait se maintenir encore quelques mois. Les pays émergents méritent dès lors une place dans votre portefeuille à long terme: dans le monde post-Covid, ces pays profiteront en effet de la relance du tourisme et des prix des matières premières. Leurs indices d'actions (particulièrement en Asie) regorgent de valeurs technologiques, et en raison de leur forte dépendance aux exportations, ils sont bien placés pour profiter d’une reprise mondiale des flux commerciaux.


La Chine donne le ton


Bien que la pandémie de Covid ait éclaté en Chine, le pays est parvenu à la contrôler assez rapidement. Au printemps déjà, des entreprises ont rouvert et le secteur des exportations a profité, assez ironiquement, de la demande accrue de masques buccaux et de moyens de désinfection. Le télétravail a fait exploser la demande d’ordinateurs, d’écrans et de casques. Soutenue tout autant par les exportations et les incitants du gouvernement, que par de nouveaux travaux d’infrastructure, la croissance chinoise s’est redressée rapidement. D’abord très prudent, le consommateur desserre peu à peu les cordons de la bourse, surtout en raison du fait que le pays a pu éviter une deuxième vague de contamination. Les autorités prévoient en outre des subsides en cas de gros achats, comme des voitures ou du mobilier. Alors que la propension à épargner avait fortement augmenté pendant le confinement, elle commence progressivement à diminuer. Le report de la demande continuera à soutenir l’économie en 2021.


L’augmentation des prix des matières premières


La hausse des prix des matières premières ces 6 derniers mois révèle également à quel point la Chine se porte bien. C’est une bonne nouvelle pour les pays émergents qui sont riches en matières premières, comme la Russie ou le Brésil.


La baisse du dollar et des taux


Les pays émergents ont souvent encore des dettes exprimées, non pas dans leur propre devise, mais en dollars. Pour ces pays, la baisse du dollar est un soutien supplémentaire, étant donné que les dettes calculées en devise propre sont alors moins élevées. Bien que les pays émergents aient moins dépensé pour endiguer la pandémie que les pays développés, les déficits publics ont également progressé. Heureusement, les banques centrales avaient de la marge pour réduire les taux, ce qui rend les conditions de refinancement plus favorables. Pour 2021, la marge pour continuer à baisser les taux est cependant plus limitée.


Le retour des investisseurs étrangers


Les actions des pays émergents sont regroupées dans l’indice d’actions MSCI Emerging Markets. De nombreux gestionnaires de fonds l’utilisent comme référence pour leurs fonds émergents. Si nous en examinons la composition, personne ne s’étonnera que les actions chinoises représentent la plus forte pondération (41%), suivies par la Corée du Sud et Taïwan (tous deux 13%), l’Inde (8%), le Brésil (5%) ainsi que de petites positions pour l’Afrique du Sud, la Russie, le Mexique… L’indice connaît une belle diversification sectorielle.

Les actions des pays émergents continueront-elles sur leur lancée au cours des prochains mois? Les choses se présentent bien et nous ne sommes manifestement pas les seuls à en être convaincus. Il ressort d'une enquête de la Bank of America qu’un gestionnaire de fonds sur deux parie sur les pays émergents comme investissements privilégiés en 2021. Ces dernières semaines, nous avons dès lors assisté à un véritable afflux de capital vers les «emerging markets». Les nouvelles positives concernant le vaccin ont apparemment servi de catalyseur pour faire redécouvrir aux investisseurs le potentiel de cette classe d'actifs sous-valorisée.



Les performances du passé ne sont pas un indicateur fiable pour les résultats actuels et futurs.


Vous désirez investir dans les pays émergents?


Surfez sur https://www.belfius.be/pays-emergents.


Ce document, rédigé et publié par Belfius Banque, donne la vision de Belfius Banque sur les marchés financiers. Il ne contient pas de conseil en investissement personnalisé, pas de recommandation d’investissement, ni de recherche indépendante en matière d’investissement. Si vous êtes à la recherche de conseils en investissement personnalisés, vous pouvez vous adresser à votre conseiller financier qui se fera un plaisir d’examiner avec vous les effets éventuels de cette vision sur votre portefeuille d’investissements personnel. Les chiffres mentionnés sont des instantanés et sont susceptibles d’évoluer.