Chine: perspectives 2020

5 décembre 2019

Belfius Research prévoit un ralentissement en douceur de la croissance du PIB chinois en 2020.

Au cours de l’année écoulée, la demande industrielle en Chine a beaucoup souffert du conflit commercial avec les États-Unis. De ce fait, la croissance économique chinoise est tombée à 6,2 % en 2019, alors qu’elle atteignait encore 6,6 % l’année précédente. Au troisième trimestre, la production est restée lymphatique, principalement en raison de la faiblesse des exportations, tandis que la détérioration du climat des entreprises pesait sur les projets d’investissement.

Fin 2019, nous sommes pourtant plus enclins à l’optimisme qu’il y a environ six mois. Finalement, il semble que la Chine et les USA progressent dans leurs négociations commerciales et soient proches d’un accord pour la « phase un ». Ce premier accord pourrait alors servir de base en 2020 pour un dialogue plus large sur les relations commerciales entre grandes puissances. Vu l’absence de détails concernant l’accord sur la « phase un » et l’expérience de la rupture de l’accord commercial en avril, la plupart des analystes restent quand même dubitatifs quant à une solution rapide pour tous les litiges commerciaux.

La croissance économique que vise le gouvernement de Pékin est inférieure à celle des années précédentes, mais cela ne signifie pas pour autant que l’économie chinoise perde son dynamisme. La Chine est en pleine restructuration économique et entend réaliser sa croissance de manière plus durable que par le passé. Elle veut réduire sa dépendance vis-à-vis des dettes afin de stimuler sa croissance et va miser davantage sur l’expansion des dépenses de consommation. Le fait que nous assistions chaque année à un ralentissement de l’économie chinoise n’a dès lors rien de surprenant, puisque c’est précisément l’objectif de la politique gouvernementale.

Depuis mi-2018, des mesures ont déjà été prises sur le plan fiscal afin d’atténuer l’impact négatif du conflit commercial. La banque centrale est également intervenue dans la politique monétaire. Les obligations que doivent respecter les banques chinoises en matière de réserves ont déjà été quelque peu réduites en 2019, mais il est possible qu’il reste de la marge pour insuffler de l’oxygène monétaire supplémentaire dans l’économie. Le gouvernement hésite quand même à prendre des mesures politiques drastiques, craignant de créer des bulles dans l’économie et sur les marchés financiers. Le conflit commercial avec les USA va dès lors vraisemblablement continuer à peser sur les chiffres au premier semestre de 2020, mais si les négociations avec les Américains continuent à évoluer dans le bon sens, la dynamique de croissance pourra reprendre à partir de l’été. Nous tablons sur une croissance économique de 5,7 % en 2020, avec une augmentation de l’inflation, mais pas dans la zone rouge.

Cette information (et les éventuels documents joints) est purement informative et ne peut en aucun cas être considérée comme une offre de produits ou de services financiers, bancaires, d’assurance ou de toute autre nature, ni comme un conseil en matière d’investissement.

Partagez cette article: