États-Unis: perspectives 2020

4 décembre 2019

Sur les marchés financiers aussi, 2019 touche à sa fin. Il s’agissait pour le moins d’une année mouvementée pour les investisseurs, surtout dominée par le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine. Tout comme dans le reste du monde, la guerre commerciale a pesé aux États-Unis sur la confiance des entreprises et a comprimé la production industrielle à la fin de l’année. Après une croissance de 2,9% en 2018, le PIB américain s’oriente vers un niveau de 2,2% cette année.


À quoi faut-il s’attendre en 2020?


La demande industrielle décevante pèsera encore sur la croissance du PIB au premier semestre de l’an prochain mais nous prévoyons un réveil dans le courant du premier semestre et une reprise prudente à partir de l’été, à condition que les pourparlers commerciaux avec la Chine enregistrent des progrès suffisants. Ces dernières semaines, des démarches ont déjà été faites dans la bonne direction et la probabilité d’un ‘Phase One deal’ a incontestablement augmenté. Cet accord pourra alors servir de base à un accord commercial plus large entre les Chinois et les Américains. Ce scénario de base tient compte d’une croissance du PIB de 1,7% en 2020, bien en dessous de ce à quoi les États-Unis nous ont habitués, mais pas de récession. En dépit du ralentissement de la croissance, la santé de l’économie américaine reste relativement bonne. La principale contribution à la croissance viendra de nouveau des dépenses des consommateurs qui restent suffisamment optimistes en raison du taux de chômage historiquement bas et des bénéfices de cours enregistrés par Wall Street en 2019 (voir graphique).


À partir de l’été, la Banque centrale à Washington a réagi rapidement et efficacement à la baisse des chiffres de croissance en abaissant son taux directeur. Les trois diminutions de taux pratiquées par la Federal Reserve au second semestre de 2019 apporteront un ballon d’oxygène à l’économie américaine dans le courant de l’an prochain. 


En intervenant, la Banque centrale a fait comprendre aux marchés financiers qu’elle n’hésiterait pas à saisir l’arme des taux au besoin. Les marchés financiers tiennent compte de la possibilité d’une seule nouvelle baisse de taux par la Fed en 2020. Nous prévoyons que l’inflation des prix à la consommation augmentera légèrement de 1,7% à 2% l’an prochain, un niveau plus proche de l’objectif de la Banque centrale. Compte tenu des élections présidentielles à la fin de 2020, l’année sera de nouveau animée, mais les interventions de la Fed et un retour graduel de l’optimisme économique laissent entrevoir un atterrissage en douceur de l’économie américaine.

Cette information (et les éventuels documents joints) est purement informative et ne peut en aucun cas être considérée comme une offre de produits ou de services financiers, bancaires, d’assurance ou de toute autre nature, ni comme un conseil en matière d’investissement.

Partagez cette article: