Le bout du tunnel est en vue?

4 novembre 2019

La confiance des entreprises dans la zone euro s’est stabilisée en octobre après les revers essuyés par le sentiment économique au cours des neuf premiers mois de 2019. L’indice PMI, considéré comme le baromètre de la croissance économique, s’est légèrement amélioré par rapport à septembre, lorsque la confiance la plus faible des sept dernières années a été mesurée. La chute du sentiment était surtout visible dans l’industrie manufacturière cette année et allait de pair avec un ralentissement de la croissance du PIB de 1,3% début 2019 à 1,1% au troisième trimestre dans la zone euro (voir graphique).


Le sentiment économique a pu se stabiliser en octobre parce que des développements positifs sont intervenus ces dernières semaines dans les deux dossiers qui ont animé cette année les marchés financiers et la macroéconomie. Premièrement, un Brexit chaotique sans accord est moins probable en raison du report jusque fin janvier accordé par l’U.E. aux Britanniques. Deuxièmement, la confiance s’est redressée prudemment en raison du dégel récent du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine. Une relation moins hostile entre Washington et Pékin réduit, en effet, le risque que les Américains aient à court terme l’industrie européenne dans le collimateur et taxent plus lourdement les importations de voitures en provenance de la zone euro.


Mais il est encore trop tôt pour crier définitivement victoire. En octobre, l’indice du sentiment concernant l’industrie manufacturière a cessé de reculer mais se situe toujours sous la barre des 50 points, ce qui signifie que l’activité continue de se contracter. Au niveau des pays individuels aussi, les indicateurs de confiance présentent un tableau mitigé.


La confiance des dirigeants d’entreprise s’est raffermie en France en octobre, mais en Espagne, le sentiment économique souffre des tensions politiques. Les électeurs espagnols se rendront aux urnes le 10 novembre pour les quatrièmes élections législatives en quatre ans. Au Royaume-Uni aussi, des élections sont encore prévues cette année, qui sont capitales pour la suite du dossier du Brexit. Mais le principal impact sur le sentiment économique émane toujours de l’Allemagne. Ce n’est qu’à partir du moment où l’industrie allemande parviendra à sortir de l’ornière que nous pourrons commencer à espérer une reprise économique dans la zone euro.

Cette information (et les éventuels documents joints) est purement informative et ne peut en aucun cas être considérée comme une offre de produits ou de services financiers, bancaires, d’assurance ou de toute autre nature, ni comme un conseil en matière d’investissement.

Partagez cette article: