Les marchés financiers sont parfois capricieux, avec des tendances à la hausse, rarement en ligne droite... De quoi rendre certains frileux de se lancer dans les investissements. Pour savoir si cela se confirme, nous vous proposons de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur pour en tirer des enseignements. Dans cet article, nous passons en revue les résultats des investissements en 2019, ainsi que ceux des 5 et 10 dernières années.

Flash-back sur décembre 2018: les Bourses venaient de vivre quelques mois chahutés


Il n'était alors pas certain que la tendance puisse s'inverser: la Chine était confrontée à un ralentissement de sa croissance, et les États-Unis, à une envolée des taux d’intérêt. À cela sont venus s'ajouter la guerre commerciale, le Brexit, des problèmes budgétaires en Italie… suffisamment de raisons pour se retrancher à ce moment-là.


Or, l’an dernier aussi, nous avons conseillé à nos clients d'investir. Et, finalement, la tendance s'est inversée. Les banques centrales ont joué un rôle de catalyseur. La Banque centrale américaine a mis fin à sa politique de relèvement des taux, et à partir de l’été, elle les a même revus à la baisse. D’autres banques centrales ont suivi son exemple. La baisse des taux a été une bonne nouvelle, non seulement pour les investisseurs en actions, mais aussi pour ceux qui investissent en obligations. Car quand les taux baissent, les cours des obligations partent à la hausse.


Résultats des investissements en 2019

Rendement en EUR du 31-12-2018 au 22-11-2019
Actions au niveau mondial 26,5%
- USA: S&P 500 30,9%
- Zone euro: MSCI EMU 24,5%
- Belgique: BEL 20 22,7%
- RU: FTSE 100 18,7%
- Japon: Nikkei 225 23,2%
- Pays émergents: MSCI Emerging 15,5%
   
Obligations au niveau mondial 9,5%
- Obligations d’État UEM 7,9%
- Obligations d’État USA 11,6%
- Obligations d’entreprises européennes de bonne qualité 6,2%
- Obligations d’entreprises européennes HIGH Yield 8,3%
- Obligations de pays émergents en devise forte (USD) 16,7%
- Obligations de pays émergents en devise locale 12,5%

Flash-back sur décembre 2014: un ciel plus serein


2014 a été une bonne année pour les Bourses. Tant les USA que la zone euro affichaient des perspectives économiques positives. Et ce, principalement en raison de la forte chute des prix du pétrole. Les investisseurs ne se faisaient pas trop de soucis, hormis quelques pessimistes qui se sont inquiétés du ralentissement de la croissance chinoise et d'un éventuel Grexit (sortie de la Grèce de la zone euro).


Quant à l’année 2015, elle a surtout été une année volatile pour les Bourses. Pour soutenir ses exportations, la Chine a subitement décidé de dévaloriser sa devise. Les investisseurs ont pris peur et ont vendu leurs actions. En fin de compte, les Bourses européennes ont quand même fini par progresser d'environ 6% en moyenne, et l'indice américain a perdu 2%, mais ce sont surtout les actions des pays émergents qui ont plongé.

Résultats des investissements: rendement annuel depuis 2014

Rendement en EUR du 22-11-2014 au 22-11-2019
Actions au niveau mondial 10,3%
- USA: S&P 500 13,4%
- Zone euro: MSCI EMU 7,5%
- Belgique: BEL 20 7,1%
- RU: FTSE 100 4,1%
- Japon: Nikkei 225 12,3%
- Pays émergents: MSCI Emerging 6,2%
   
Obligations au niveau mondial 4,5%
- Obligations d’État UEM 3,1%
- Obligations d’État USA 5,2%
- Obligations d’entreprises européennes de bonne qualité 2,4%
- Obligations d’entreprises européennes HIGH Yield 4,1%
- Obligations de pays émergents en devise forte (USD) 7,9%
- Obligations de pays émergents en devise locale 2,8%

Flash-back sur décembre 2009: lendemain de crise


La faillite de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers en septembre 2008 était encore dans toutes les mémoires. De nombreux ménages américains ne pouvaient plus rembourser leurs emprunts hypothécaires, et la crise du crédit a débouché sur une crise mondiale. La tempête faisait rage sur les marchés boursiers. Heureusement, les pouvoirs publics sont intervenus, mettant en œuvre des plans de sauvetage pour le secteur financier, et toutes sortes de mesures de soutien (p. ex. des subsides aux ventes de voitures, des travaux d'infrastructure). Partout dans le monde, les banques centrales ont revu leurs taux à la baisse.


Les investisseurs prudents n'osaient pas s’aventurer en Bourse, et l’évolution a semblé leur donner raison quand, en 2012, l'Europe a de nouveau bu la tasse, à la suite des problèmes rencontrés par la Grèce. Malgré ces événements, regardez le tableau ci-dessous et jugez par vous-même. Le message reste: investir et penser «à long terme».


Résultats des investissements: rendement annuel depuis 2009

Rendement en EUR du 22-11-2009 au 22-11-2019
Actions au niveau mondial 12,4%
- USA: S&P 500 16,8%
- Zone euro: MSCI EMU 7,7%
- Belgique: BEL 20 8,4%
- RU: FTSE 100 7,9%
- Japon: Nikkei 225 12,5%
- Pays émergents: MSCI Emerging 6,8%
   
Obligations au niveau mondial 4,8%
- Obligations d’État UEM 4,3%
- Obligations d’État USA 6,2%
- Obligations d’entreprises européennes de bonne qualité 4,1%
- Obligations d’entreprises européennes HIGH Yield 6,9%
- Obligations de pays émergents en devise forte (USD) 9,9%
- Obligations de pays émergents en devise locale 5,4%

Et l’avenir?


Nous sommes persuadés que tant les actions que les obligations méritent toujours une place dans votre portefeuille. Personne ne peut prédire l'avenir, mais le passé nous apprend que, même en période plus difficile, ça vaut la peine de continuer à investir.