Dans cette édition

  • Ne laissez pas vos émotions prendre le dessus

    Les gouvernements et les banques centrales se rendent compte que le coronavirus aura un impact sur l'économie et que des mesures sont nécessaires. Elles sont prises à un niveau mondial.

  • Étalez vos investissements dans le temps au moyen d’un plan régulier d’investissement

    Nous sommes en Belgique les champions de l’épargne, bien que cela nous coûte 1 à 2% de pouvoir d’achat chaque année. Une alternative intéressante? Investir régulièrement. Avec un plan d’investissement automatique, c’est déjà possible à partir de 25 euros par mois.

  • Biotechnologie: un secteur d’avenir

    Ces dernières semaines, le secteur des soins de santé et plus particulièrement le secteur de la biotechnologie ont été sous le feu des projecteurs, suite notamment à l’épidémie mondiale du coronavirus. Parmi les multiples initiatives pour contrer le fléau, on retiendra entre autres la construction d’un hôpital chinois en à peine 10 jours et le rôle de plusieurs laboratoires internationaux (dont plusieurs belges) qui travaillent à la recherche d’un traitement.

  • Investir dans des fonds d’obligations

    Quand une entreprise belge lève des fonds par le biais d’une émission d’obligations, la demande est presque toujours plus grande que l’offre. L’investisseur que vous êtes n’obtient dès lors le plus souvent qu’une partie du montant pour lequel il a souscrit. De plus, les émissions sont souvent déjà clôturées après 1 jour. Y a-t-il des alternatives?

  • Les fonds de la branche 23? De plus en plus populaires auprès des investisseurs!

    Dans le contexte actuel de faiblesse des taux, il est difficile de se constituer un beau capital pour plus tard avec une assurance-vie à rendement fixe. C’est pourquoi, de plus en plus d’investisseurs préfèrent aujourd’hui les contrats de la branche 23 à ceux de la branche 21. Explications.

  • Comment fonctionne une obligation structurée?

    Dans le climat actuel de taux bas, les obligations structurées sont souvent préconisées comme alternative pour les investisseurs en obligations. «Mais au fond, comment fonctionnent-elles?», s’interroge Philippe M. de Soignies.

Les convictions des experts Belfius

Chaque mois, nos experts analysent les marchés en profondeur afin de définir les grandes tendances qu’ils estiment prometteuses en cette période. Ils vous partagent ici leurs conclusions.