À l’occasion de la journée mondiale contre le cancer du 4 février, force est de constater que, malgré les nombreux progrès thérapeutiques réalisés ces dernières années, la maladie est encore la 2e cause de décès prématuré en Belgique et qu’1 homme sur 3 et 1 femme sur 4 se la feront diagnostiquer avant l'âge de 75 ans.

Les chercheurs ne baissent pas pour autant les bras et ont déjà gagné de nombreuses victoires face au vilain crabe. Partout dans le monde, le taux de survie progresse. À la fin des années 60, moins de 40% des malades, tous cancers confondus, pouvaient espérer survivre 5 ans ou plus. Aujourd'hui, 70% sont encore en vie 5 ans après le diagnostic. Et depuis 1960, le risque de décès chez les enfants atteints de cancer a diminué de 75%!1


La Belgique, en tête du peloton


Notre pays est particulièrement actif dans ce domaine et dispose d’ailleurs d'équipes de chercheurs de renommée internationale. En 2017, celles-ci ont réalisé 19% de toutes les études cliniques effectuées en Europe... dont un tiers d’entre elles étaient consacrées à l’oncologie. Aujourd’hui, le secteur pharmaceutique en Belgique représente 3,6 milliards d’euros d’investissements en recherche et développement; soit une croissance de +1,8% par rapport à 2017. Pour battre le cancer, ce ne sont pas moins de 5.295 chercheurs qui s’activent au quotidien au développement de remèdes, porteurs d’espoir pour leurs patients.2


S’inspirer des meilleurs


Ces 2 dernières années, le prix Nobel de médecine a récompensé des chercheurs dont les travaux sont exploités dans le domaine de l'oncologie: en 2018, James Allison et Tasuku Honjo, pour avoir découvert le traitement du cancer par inhibition de la régulation immunitaire négative et, en 2019, William Kaelin, Peter Ratcliffe et Gregg Semenza, pour avoir décodé le mécanisme moléculaire de la détection d'oxygène et ses implications potentielles pour le cancer. Grâce à leur travail, il est maintenant possible d'exploiter l'un des processus essentiels de la nature pour traiter le cancer, suscitant l'intérêt des petites et grandes entreprises pharmaceutiques.3

Vous aussi, faites vivre l’espoir!


Vous pouvez vous aussi participer à la lutte contre le cancer, en soutenant financièrement ces spécialistes dans leurs recherches, notamment par le biais de vos investissements. En effet, certains fonds se concentrent sur les multiples challenges de la recherche contre le cancer: pour permettre des diagnostics toujours plus précoces et précis, personnaliser les traitements afin d’en faire un remède sur mesure pour chaque patient, ou encore pour améliorer ces solutions grâce à l’intelligence artificielle.


...et soutenez une bonne action


Depuis un an, Belfius et Candriam vous donnent l’opportunité d’investir dans la recherche contre le cancer. Pour chaque euro investi de cette manière, une part des frais est reversée à la Fondation contre le Cancer, qui depuis plus de 90 ans, agit en Belgique pour financer la recherche fondamentale, mais aussi pour soutenir les personnes touchées par le cancer et leurs proches. Aujourd’hui, plus de 150.000 euros ont déjà été récoltés grâce aux investissements de clients Belfius. Vous pouvez donc vous aussi soutenir une cause qui vous tient à cœur. En plus de soutenir les chercheurs belges, votre investissement contribuera aussi à organiser des camps de vacances pour les enfants malades, offrir des soins de beauté aux patientes, ou encore soutenir psychologiquement des familles faisant face à la maladie.




1Source: Fondation contre le Cancer, 2019.
2Source: Pharma.be, Chiffres 2018.
3Source: Candriam, 2019.


Ce document est un document promotionnel, établi et distribué par Belfius Banque. Il ne comporte aucun conseil en investissement et ne peut être considéré comme tel. Ce document n'est pas établi conformément aux dispositions relatives à la promotion de la recherche indépendante en investissement et n'est pas soumis à l'interdiction de faire du commerce avant la diffusion de la recherche en investissement.